mardi 19 février 2013

SURVIE ET PROTECTION



La protection des éléphants est aujourd’hui une réalité. Leur extermination depuis les années 1930 a fait chuter leur nombre. Les éléphants d’Afrique étaient estimés à plus de 5 millions à cette date. Les estimations les plus optimistes parlent aujourd’hui de 500 000 éléphants au plus. Quant aux éléphants d’Asie, il n’en reste plus que 40 000. En 1900, leur nombre s’estimait à plus de 100 000. 
Comment en est t’on arrivé là en sachant que le seul prédateur naturel de l’éléphant est le lion en Afrique et le tigre en Asie, surtout si l’on sait que ceux-ci s’attaquent plutôt aux éléphanteaux. Exceptionnellement, un groupe de fauves peut s’en prendre à un jeune adulte.
 En réalité, et comme souvent hélas, l’homme est le principal responsable de cet état de fait. La chasse à l’éléphant a été très pratiquée dans les années 30 et 40, en premier lieu pour utiliser l’ivoire de leurs défenses. Le commerce d’ivoire a été intense pendant des décennies. Pour entretenir ce business, un braconnage massif a eu lieu surtout en Afrique pendant de longues années. L’ampleur des massacres a fini par émouvoir et scandaliser tous les amis de la nature. Il en est né la convention de Washington interdisant le commerce d’ivoire de défenses d’éléphants en 1989.  
D’autres contraintes humaines ont également contribué à décimer les populations d’éléphants. C’est le cas de la déforestation et des réductions de l’habitat naturel des animaux. Dans certains pays d’Asie, les forêts naturelles ont rétrécies de plus de 60%. En manque d’espace vital pour survivre à l’état sauvage, les éléphants ont commencé à disparaitre. Seuls les éléments domestiqués ont pu survivre durablement à cette situation. Pourtant, leur situation n’est pas plus enviable, car il s’agit de véritables bêtes de somme. Souvent victimes de mauvais traitement, ils sont beaucoup utilisés dans les exploitations forestières pour transporter le bois coupé.
Les conflits d’intérêt entre l’homme et l’animal sont de plus en plus liés à la vie dans leur habitat commun. Par exemple en Asie, des personnes tuent des éléphants et des éléphants tuent des hommes. En Inde par exemple, on compte prés de 300 victimes d’éléphants sauvages chaque année. A cause de la déforestation, les ressources en végétation des habitats se réduisent. Dans leur quête de nourriture, les éléphants contribuent à détruire le peu qui reste, voire les cultures vivrières des populations humaines. En réaction, les populations s’en prennent aux grands pachydermes : ils sont héla abattus. Par la suite, le reste de la troupe tend à développer un comportement agressif vis-à-vis de l’homme à la moindre occasion.
C’est désormais une espèce protégée, vivant dans certains sanctuaires comme c’est le cas au Park Kruger en Afrique du Sud. La chasse et l’abattage sont strictement encadrés, souvent pour des besoins de préservation des écosystèmes. En effet, dans certaines régions, les programmes de protection ont si bien réussis qu’on assiste à un surpeuplement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire